Parcours thérapeutique d’un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde

Parcours thérapeutique d’un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde

Objectif rémission durable

La rémission durable : l’objectif ultime lorsqu’un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde est placé sous traitement médicamenteux. 

Dans la polyarthrite rhumatoïde, la rémission durable est caractérisée par l’absence de symptômes et d’activité inflammatoire articulaire significative (2.6 < DAS28). Elle doit être obtenue rapidement, particulièrement en début de maladie, afin de prévenir au maximum les destructions articulaires à court et moyen terme mais également de diminuer la douleur et d’optimiser la qualité de vie du patient.

Le chemin menant à la rémission peut s’avérer être long et éprouvant et le patient se retrouve parfois en errance thérapeutique.  

Comment le rhumatologue établit la stratégie thérapeutique de son patient et comment le test RITI® peut l’aider à atteindre plus rapidement son objectif clinique dès lors où il décide de placer son patient sous biothérapie ?

Traitement de fond 1ère ligne 

Une fois diagnostiqué, un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde est placé sous traitement de fond conventionnel afin de ralentir ou bloquer l’action de la maladie. Il existe différents types de traitement de fonds : le méthotrexate, le éflunomide, la sulfasalazine, l’hydroxy-chloroquine. Le méthotrexate est le plus prescrit car il présente un taux de maintien à long terme plus élevé que les autres.

Le professionnel de santé évalue dans les 3 à 6 mois si le traitement prescrit apporte une amélioration ou non chez son patient. Si les résultats sont insatisfaisants, le rhumatologue se voit alors réajuster le traitement et passer en phase 2. 

Traitement de fond 1ère ligne – polyarthrite rhumatoïde

Traitement de fond 2ème ligne 

C’est lors de la 2ème phase que le médecin peut envisager de mettre son patient sous biothérapie en cas de polyarthrite rhumatoïde sévère et très active. La biothérapie est alors souvent associée au méthotrexate pour plus d’efficacité.

Composés de molécules fabriquées à partir d’organismes vivants, les biomédicaments ont le pouvoir de mieux cibler et traiter les maladies. Une dizaine actuellement peuvent être utilisée dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde.

Pour choisir parmi ces différentes biothérapies, le médecin rhumatologue ne dispose d’aucun outil permettant d’orienter sa prescription vers celle qui obtiendra la meilleure réponse chez son patient. Son choix est incertain et l’évaluation de la réponse au traitement est longue et n’est pas garantie : pour 60% des patients, la 1ère biothérapie prescrite n’est pas adaptée.

Si dans les 3 à 6 mois le patient ne répond pas positivement à la biothérapie, le médecin devra alors le ré-orienter vers une nouvelle biothérapie et passer en phase 3.

Traitement de fond 2ème ligne – polyarthrite rhumatoïde

Traitement de fond 3ème ligne 

En 3ème phase, le rhumatologue va tester plusieurs thérapies ciblées jusqu’à trouver celle qui obtiendra des résultats probants chez son patient.

Pourquoi RITI® facilite le parcours de soin du patient ?

Dès lors que le rhumatologue décide de prescrire une biothérapie, le test RITI® va lui permettre d’orienter son patient vers la biothérapie adaptée dès la 1ère prescription. Il peut ainsi stabiliser rapidement la maladie et augmenter les chances d’atteindre la rémission durable chez son patient.

Le test RITI® est une aide précieuse pour optimiser la stratégie thérapeutique et obtenir la garantie que la biothérapie inoculée sera efficiente : gain de temps, réduction des coûts, améliorer et prolonger la réponse au traitement.

*Source : Abbvie – PRISE EN CHARGE GLOBALE DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : https://www.abbviecare.fr/prise-en-charge-globale/conseils-polyarthrite/

Article suivant :